Stress

Le Stress

Le mot stress vient du latin «stringere» qui signifie «tendre, serrer». Au départ le stress est une réaction naturelle de notre métabolisme pour faire face à une situation tendueIl se traduit par une réaction chimique hormonale (la production d’adrénaline notamment) qui nous permet d’agir (combattre ou fuir selon notre tempérament). Ce mécanisme reptilien est initialement programmé pour assurer notre survie. Aujourd’hui, il permet à notre système immunitaire de se défendre lorsqu’il est attaqué, pour revenir ensuite à un état normal dans un court laps de temps, c’est le processus physiologique de l’homéostasie. Il nous permet aussi de stimuler temporairement nos ressources pour relever des challenges inhérents à notre vie en société.
C’est le
stress, qui nous permet de nous adapter à la vie, d’être dans l’action, de réagir.

Mais, le stress n’est pas fait pour durer en l’état. Notre métabolisme est adapté pour vivre des pics de stress, mêmes répétés, mais qui sont systématiquement et rapidement suivi d’un retour la normale de notre métabolisme. A l’inverse, quand le stress dure trop longtemps, c’est à dire si nous échouons à apporter une réponse satisfaisante à la situation dans un temps raisonnable, ce phénomène se retourne contre nous, c’est le stress chronique.

Un stress peut en cacher un autre

Le stress fait partie de la vie et nous sommes tous égaux devant le principe physiologique de réaction de notre métabolisme au stress. Mais nous ne sommes pas égaux quant à notre capacité de résistance, d’adaptation et de réaction. Selon notre tempérament et notre expérience nous réagissons différemment (action ou retrait). Le stress chronique est un engrenage destructeur, coûteux physiquement, mentalement et émotionnellement.

Cet engrenage s’amorce dès l’apparition des premiers symptômes du stress, qui nous conduit à subir d’importantes tensions corporelles perturbant notre respiration jusqu’à bloquer notre diaphragme, ce qui affectent notre énergie, notre capacité à réagir. Alors la production d’hormones (cortisol notamment) accentue l’inhibition de l’action, le stress perdure et le retour à la normale de notre métabolisme ne se fait pas (défaillance de l’homéostasie). Notre organisme s’épuise, notre psychisme s’affaiblit (burnout), jusqu’à en tomber malade. La maladie intervient comme un signal pour nous dire que quelque chose ne va pas (mal-a-dit), pour nous faire réagir.

Si nous ne réagissons pas, le stress conduit à la maladie, jusqu’à l’atteinte du cœur de nos cellules.

Se relaxer, bouger, respirer et méditer pour apprivoiser son stress

La bonne nouvelle est que je peux agir en situation de stress pour réduire mon stress. La relaxation et la pratique de la méditation sont efficace en ce sens. Il est relativement facile de gérer son stress au quotidien, c’est à dire d’agir quand je sens que je suis stressé. Pratiquer la respiration abdominale diminue déjà considérablement les effets du stress et contribue à ce que notre organisme produise une réponse rapide et adaptée. Ces outils permettent de renforcer notre ancrage et notre capacité de résistance au stress, et de revenir rapidement au calme, au centre de soi.